Rappel de quelques formalités à respecter au moment de conclure une rupture conventionnelle

Deux arrêts de la Cour de cassation du 3 juillet 2019 (n° 18-14.414 et 17-14.232) sont venus rappeler aux parties à une rupture conventionnelle l’importance de bien respecter les formalités au moment de la conclusion d’un tel accord.

  1. L’employeur ne doit pas oublier de signer tous les exemplaires de rupture

Tous les exemplaires de convention de rupture doivent être signés. Pour mémoire, la convention de rupture doit être imprimée en trois exemplaires datés et signés dont l’un doit être remis au salarié.

Que se passe-t-il si l’employeur n’a pas signé son exemplaire ?

Pour la Cour de cassation, la signature de l’employeur n’est pas une formalité accessoire mais bien primordiale.

Elle juge que « seule la remise au salarié d’un exemplaire de la convention signé des deux parties lui permet de demander l’homologation de la convention et d’exercer son droit de rétractation en toute connaissance de cause ».

En l’espèce, du fait de l’absence de signature, le salarié n’a pas pu exercer son droit de rétractation. La convention est donc nulle.

  • L’employeur doit prouver qu’il a bien remis le formulaire au salarié

Il ne suffit pas que la convention de rupture rédigée sur le formulaire Cerfa mentionne qu’elle a été établie en deux exemplaires.

Il ne peut pas être présumé que quand bien même il n’est pas indiqué que chacun des exemplaires a été effectivement été remis à chaque partie.


Pour la Cour de cassation, il revient à l’employeur de pouvoir attester de la remise d’un exemplaire au salarié.

A défaut, nullité de la rupture.

Maître Grégoire HERVET
Avocat en droit du travail
www.hervetavocats.fr

✆ Mobile : 06.10.69.06.30
☎ Direct : 01.81.70.62.01
✉ Mail : contact@hervetavocats.fr

TAG: Avocat, avocat droit commercial, avocat droit commercial paris, avocat entreprise, avocat liquidation, avocat liquidations judiciaires, avocat faillite, redressement judiciaire, liquidation judiciaire, procédures collective, avocat tribunal de commerce, avocat business, entreprise, patron, SARL, avocat licenciement, avocat prud’hommes, avocat salarié, avocat patron, avocat employeur, droit du travail, licenciement abusif, code du travail, prud’hommes, dommages interets, avocat harcèlement moral, avocat discrimination, discriminations, heures supplémentaires, salaire pas payé, référé, solde de tout compte, avocat Mayotte, accident de travail, stress, employeur, maladie, arrêt maladie, prise d’acte, résiliation judiciaire, plan de départ volontaire, contrôle URSSAF, faute grave, faute lourde, cause réelle et sérieuse, forfaits jour, CPAM, élection, comité d’entreprise, congé maternité, prime d’habillage, requalification de CDD en CDI, plan de départ volontaire, PSE, liberté d’expression, congé sabbatique, transaction, titre de séjour, régularisation de visa, visa travail, visa famille, carte de séjour, avocat employeur, faute inexcusable, défense de l’employeur, Pôle Emploi, Discriminations, avocat discrimination, action de groupe, avocat action de groupe, prime, prime Macron, rémunération variable, fixation par l’employeur de la rémunération variable, avocat rupture conventionnelle, avocat droit des contrats, Pôle Emploi, procédure civile, référés, fond, PSE, plan de sauvegarde de l’emploi, tribunal administratif, avocat tribunal administratif., RSA, pension de retraite.

Publicité

ma pub

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*